Avoir Jeff Bezos comme maître jedi

Ne le nions pas, l’entrepreneuriat est aussi une aventure de développement personnel. Dans cette quête , les biographies de grands maîtres visionnaires tels que Steve jobs jouent un peu le rôle des hagiographies d’autrefois pour les entrepreneurs ordinaires (ça existe ça ?) en quête de modèles.

Steve Jobs ayant rejoint le panthéon cosmique des figures entrepreneuriales, il est tout à fait probable que toute une génération de jeunes padawans se tourne vers Jeff Bezos, figure moins controversée que Jobs, mais tout aussi visionnaire.

Les biographies commencent à arriver en français. Penchons nous sur les enseignements de maître Bezos pour décrypter ses enseignements avant que des hordes de psittacidés ne reprennent en cœur les paroles du maître.

 « Nous n’avons jamais eu le luxe de marges élevées, il n’y a pas de bonnes raisons que nous prenions maintenant cette habitude. »

Hum : voici un exemple à méditer, mais à adapter avec prudence. Amazon peut se permettre des marges très faibles car la société a une base de clientèle très large. La société a accumulé jusqu’à 3 milliards de pertes avant d’atteindre l’assise nécessaire à ses ambitions.

Cette stratégie de course à la base de clientèle du « winner takes it all », si elle a marché pour Amazon, elle a aussi produit beaucoup de casse lors de l’éclatement de la bulle internet.

Avoir des marges faibles signifie aussi que les moindres défauts  générateurs de coûts doivent être traqués. Cela jusqu’à ce que les plus infimes défauts soient éliminés.

Un premier enseignement à prendre avec prudence donc.

« Les gens devraient parler à leurs amis, pas à leurs vendeurs. »

Pour Jeff Bezos, une bonne expérience client, c’est quand le client n’a pas besoin de parler au vendeur parce que « tout roule ». Si il y a contact, c’est qu’il y a un défaut dans le processus qu’il faut traquer et éliminer.

Cette philosophie est intéressante et rendue possible par la technologie internet, mais Jeffe Bezos a aussi dit : « vous appelez Zapos pour une pizza, et ils vous sortent les pages jaunes ».  Amazon a racheté Zapos en promettant de conserver son esprit intact.

Faut-il en tirer une leçon ? Peut-être celle que quelle que soit la philosophie retenue en matière de relation client, il n’y a pas de place pour la tiédeur ou l’entre deux.

 « Ha ha ha ha »

C’est  un peu le supercalifragilisticexpialidocious de Jeff Bezos. « ha ha ha ha »  est très utile quand vous ne savez pas quoi répondre (ou que vous ne voulez pas le faire). Par exemple quand on vous demande combien de kindle vous avez déjà vendu.

Il n’est pas certain que cette technique de communication puisse être reprise avec succès par le commun des mortels.

« 9.99 $ est vraiment le prix le plus élevé qu’il est raisonnable pour un client de payer. »

Jeff Bezos va finir par réinventer le prix unique du livre…  Les royalties des e-book dont le prix est situé entre 2.99 et 9.99 sont plus élevés chez Amazon. Le kindle basic lui est disponible pour moins de 80 $, il sera peut-être donné pour rien un jour.  Je ne sais pas ce que l’on peut copier dans cette stratégie, mais une chose est certaine, Amazon est en train de redéfinir les règles du jeu et tout le monde devra s’adapter.

 Imaginez un monde non « appleien » où votre smart-phone serait jetable (l’essentiel du travail du navigateur ne serait plus effectué sur vos téléphone et tablettes, mais quelque part chez Amazon), ou l’important serait uniquement le contenu.  Et tout ça à un prix riquiqui…

« La question qui est couramment posée dans les affaires est ‘ pourquoi ? ‘ C’est une bonne question, mais la question ’ pourquoi pas ?’ l’est tout autant. »

Cette citation est très utile pour se sortir des questions difficiles par une pirouette. Amazon fait vraiment des choses surprenantes et contre intuitives : la société donne accès à son infrastructure à ses concurrents directs ou potentiels via Amazon web services. Target ou Netflix ont par exemple bénéficié de cette offre. Une seule chose est certaine : cela semble profiter à Amazon qui se taille une bonne part de marché dans le cloud services.

Jeff bezos a aussi crée une société « Blue origin » dont le but est de à la fois réduire les coûts et augmenter la sécurité des vols orbitaux (quand on a voyagé sur une compagnie low cost, on a tendance à penser que c’est l’un ou l’autre et qu’il faut choisir).

Voilà jeunes Padawans ! Vous voilà armés pour rebondir dans la conversation chaque fois que Jeff Bezos sera cité (et ca sera de plus en plus souvent).

Pour rebondir:

Mon article sur la bio de Jeff Bezos

Des citations d’entrepreneurs collectées pour vous avec soins et amour

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Non classé Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*