Business model nouvelle generation, 1 an et demi après.

Cela fait un an et demi que j’utilise et voit utiliser de manière assez intensive le business model canva.

Je pense que le moment est venu d’en tirer un premier bilan.

Pour résumer ce que vous allez lire, je dirais que c’est un super outil, à qui il ne faut pas demander plus qu’il ne peut apporter et qu’il faut utiliser avec quelques précautions d’usage.

 Un Super Outil pour :

Un premier rendez-vous avec un créateur d’entreprises : l’outil lui permet souvent d’avoir le regard d’ensemble qui lui manquait souvent. Dans un premier rendez-vous, le business model canva agit comme un révélateur de tout ce qui a été mis sous le tapis, de toutes les hypothèses non validées du projet. Le business model canva permet de dresser une première check list de tout ce qu’il y a à faire.

En représentant le projet tel qu’il devrait être dans 4 ou 5 ans, on permet de fixer les objectifs organisationnels de l’entrepreneur.

L’outil est aussi utile pour communiquer sur son projet : maintenant qu’il s’est répandu, il constitue une nouvelle grammaire commune. Le côté visuel est parfait pour mettre plusieurs associés d’accord sur ce qu’on veut faire vraiment.

Mais à manipuler avec précautions :

L’outil ne se suffit pas à lui-même pour réfléchir sur des scénarios alternatifs.

Une bonne familiarité avec certaines notions est nécessaire.

Pour avoir vu plusieurs présentations auprès d’entrepreneurs qui n’ont pas de bagage école de commerce, je peux vous dire que de nombreux termes techniques sont à bannir si on a pas le temps de les expliquer. Ce qui cause le plus de problème (en général bien évidemment) à ces entrepreneurs c’est la partie centrale et droite du modèle : la notion de proposition de valeur et de segment de clientèle.  Des points essentiels et qui nécessiteront bien d’autres outils et démarches et quelques longues séances de travail.

Inversement, pour des projets d’étudiants qui ont une partie « entrepreneuriat » dans leur cursus (j’en voit énormément aussi ) , il y a parfois une tendance à vouloir à tout prix utiliser un business model qu’ils ont dû voir en cours, même si cela est à mauvais escient (J’ai l’impression que cela arrive plus souvent avec le freemium, il faudra que je commence à me faire des statistiques personnelles là-dessus). Pour ces étudiants le niveau général du projet est en général très bon et il y a peu de problèmes sur la partie droite du modèle.

Un outil qui ne peut pas tout faire :

Il y a une chose évidente pour les professionnels de l’accompagnement à la création d’entreprise : le business model canva n’est pas d’un grand secours si il faut en tirer un business plan. On peut tracer des flux dans le canva, mais les notions d’investissement, d’amortissement et d’évolution dans le temps ne lui conviennent pas.

L’outil trouve ses limites pour certains utilisateurs et on a pu observer de nombreuses appropriations du canva ayant entrainé des ajouts ou des modifications. Certains ont par exemple ajouté des blocs pour les projets d’ESS ou ayant un impact environnemental. Si demain je devais étudier les business model de la criminalité organisée, j’ajouterai sans doute un bloc pour le blanchiement , pour montrer la part des recettes en liquide ré-injectable sans traitement dans le fonctionnement.

On trouve donc aujourd’hui des « canvas persos » à 12 blocs ou plus, ce qui montre bien que le canva original trouve rapidement ses limites.

Avec quelles démarches cela fonctionne le mieux ?

Je dirais pour conclure que c’est avec les démarches type lean start up et les démarches présentées dans the e-myth que je me sens le plus à l’aise quand j’y intègre le business model canva.

La démarche lean startup : en faisant apparaître les aspects du model qu’il faudra valider pour que le business model fonctionne.

La démarche « e-myth revisited » : en montrant un début de schéma d’organisation de l’entreprise telle qu’elle pourrait être à 4-5 ans qui peut facilement être intégré pendant le démarche proposée par l’ouvrage.

ENJOY !

Autres articles relatifs :

La revue de lecture de Business model nouvelle génération

Un exemple de business model canva

Utiliser le business model canva (pour le projet de « monsieur tout le monde »)

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Business model, Livres pour entreprendre, Pratique, Théories Tagués avec : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*