Les Business Model d’en bas de la rue : le lavomatic

Une petite étude des mots clés qui amènent du trafic sur ce site me montre que deux recherches marchent pas mal : le kébab et les business models en général.

Tout ca n’est pas complètement incompatible, et ca m’a donné envie  d’entamer une série sur les business model des activités d’en bas de la rue pour les mettre (vaguement) dans le business model canevas et réfléchir à des pistes d’amélioration.

Aujourd’hui : la laverie automatique libre service

Grosso modo, une laverie automatique c’est ça :

Cliquez pour aggrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Là je vous ai présenté le model « grosse laverie » : la laverie moyenne fait 5 à 7 machines, 3 séchoirs et 30 000 € de CA. Tout compris, l’investissement total pour une laverie moyenne devrait être sous les 120 000 €.

Les avantages de ce business : pas besoin d’être sur place, des frais de fonctionnement réduits, pas d’équipe à gérer.

Les inconvénients : vu le faible CA, il faut 3-4 laveries pour que ca commence à être intéressant , et surtout, c’est une activité pas glamour du tout.

Quelles pistes pour améliorer ce modèle ?

Piste 1 / Augmenter le CA par des activités complémentaires :

les cafés-laverie se développent, notamment en Amérique du nord. Des tentatives « hype » de laverie café ont déjà été tentées en France.

Que pensez-vous de ça :  « le WashBar by LG est le premier appartement-laverie où les clients pourront : boire un verre, laver leur linge et avoir libre accès à un large choix de produits LG dans une ambiance animée et chaleureuse. » encore visible ici .

Quand c’est des allemands qui le font, on obtient ça .

Plus modestement, une petite activité de retouche ou repassage peut-être mise en place.

Notre avis : plus c’est funky, plus c’est casse gueule. Un bon indice d’égarement est le montant de l’investissement total : si il s’envole, faites tout simplement autre chose qu’une laverie automatique.

Piste 2 / Se positionner sur des thématiques de société :

L’écologie vient tout de suite à l’esprit : Que pensez vous de ça : « Les pressing écologiques AQUA BLUE utilisent l’aquanettoyage, une méthode aujourd’hui éprouvée qui permet d’obtenir une excellente qualité de service pour tous les vêtements. Retrouvez la fraicheur et l’éclat des couleurs d’origine de vos vêtements. »

La laverie nomade : Soit c’est toi qui est nomade, et la machine te préviens par sms que ton linge est sec, soit c’est toute la laverie qui se déplace, par exemple sur un camping l’été .

Notre avis : Je ne pense pas que ces concepts permettent d’améliorer les marges, ni d’étirer magiquement la zone de chalandise de votre lavomatic. Par contre, pour suivre le mouvement, vous risquez de devoir changer un jour vos machines « polluantes » avant de les avoir amorties : l’option « écolo » est donc peut-être utile sur le long terme.

Evidemment, de très nombreuses pistes n’ont pas été exploitées comme elles le devraient, Ninjentrepreneur vous propose quelques bons plans pour demain et après demain.

Piste 3 / Les laveries de demain et après demain :

La laverie club de rencontre : ben oui quoi, vos clients sont presque tous célibataires …  Ce concept reste encore à mon avis à développer (et ce n’est pas moi qui essaierais).

La laverie para pharmacie : allez hop, un petit masque en attendant que le linge soit prêt ?

La laverie incinérateur de vêtements jetables déjà portés : heu …

La laverie spécialisée gros machins qu’on ne sait jamais comment laver : à monter en province, elle aura sans doute une zone de chalandise plus grande : avec une variable « à domicile » une équipe vient chercher votre canapé en tissu, l’embarque et le ramène tout propre.

Le lavoir collectif « super écolo » : Oui, comme votre arrière grand-mère l’a connu : on y lave tout à la main sois même en échangeant des potins avec les copines.

ENJOY !

 cet article a une suite que vous pouvez lire ici.

PS : Ninjentrepreneur décline toute responsabilité si vous tentez de monter une laverie de demain ou après demain.

Autres articles relatifs :

Business model generation, pourquoi vous allez lire ce livre !

Utiliser le business model canva pour le projet de monsieur tout le monde.

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Business model Tagués avec :
2 commentaires sur “Les Business Model d’en bas de la rue : le lavomatic
  1. avatar Steph dit :

    Bonjour, je n’avais jamais pensé à ouvrir une laverie automatique mais c’est en découvrant des concepts originaux (resto laverie, laverie librairie etc.) que l’idée à fait son chemin. Je pense aujourd’hui investir dans un lavomatique et J’ai fait quelques recherches sur les franchises ; j’ai déjà contacté une entreprise (http://speedqueeninvestor.com/fr/); le commercial était plutôt convaincant mais j’ai besoin d’avis sur le sujet. J’aimerais savoir si quelqu’un connaît cette marque, si c’est risqué, si c’est vraiment rentable etc.
    Merci par avance pour vos conseils ou partage d’expérience sur ce sujet

  2. avatar Thomas Fauvel dit :

    piste 4 : iWash!
    http://www.iwash.fr/
    voilà un nouveau business model pour rafraîchir tout ça!

5 Pings/Trackback pour "Les Business Model d’en bas de la rue : le lavomatic"
  1. […] aller plus loin : Sur ce blog : Tout sur le lavomatic Les ouvrages suivants ont  influencé cet article (entre […]

  2. […] Business model d’en bas de la rue : le lavomatic […]

  3. […] la série des business models d’en bas de la rue, découvrez aussi la laverie automatique ou encore le starbucks […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*