Avez-vous un mantra ?

Popularisé par quelques grands gourous du business comme Guy Kawazaki, la notion de mantra est maintenant assez répandue, tellement répandue même, que si vous n’en avez pas un, vous êtes certainement un genre de dinosaure voué à une prochaine extinction.

Mais qu’est-ce donc qu’un mantra?

Le terme mantra est très en vogue dans la Silicon Valley, mais pour tous ceux qui veulent parler français, ou qui trouvent que le terme fait trop « gourou », on pourra parler plus simplement de « grande idée ».

La grande idée, est la raison d’être de votre entreprise, elle décrit simplement, en une phrase votre métier (ce que vous faites vraiment).

Cette grande idée a deux fonctions principales :

Elle sert à expliquer très simplement ce que vous faites à vos collaborateurs, associés et clients.

Elle vous permet de ne pas perdre votre cap.

Armés d’un mantra, vous pouvez vous poser cette simple question : « sommes-nous en train de le faire ? »

Comment trouver son mantra ?

Vous saurez que vous avez trouvé votre mantra quand vous aurez quelque chose de court (voir très court) et d’élégant qui définit complètement ce que vous cherchez à faire.

Guy Kawazaki propose quelques exemples : pour Nike : « Athlète source d’inspiration » ; pour Coca cola : « rafraichir le monde », pour Starbucks : «  Récompenser les instants de tous les jours ».

Il compare le mantra de Starbucks avec les exposés de la mission de cette chaine :« Etablir Starbucks comme fournuisseur de choix du café le plus délicat du monde tout en veillant à maintenir nos principes de pureté sans compromis au cours de notre croissance ». Il n’y a pas photo pour départager ces deux formulations. Le mantra décrit mieux l’essence même de Starbuck.

Il y a deux manières d’arriver à ce résultat : soit il jaillit comme une évidence et vous l’avez dès le premier jour, soit vous préparez une bonne grosse séance de travail.

 La bonne grosse séance de travail consiste à mettre à plat votre activité en la décrivant et en allant au fond des choses grâce à une série de question comme : « qu’est ce qui est important dans ce que nous faisons ? », « pourquoi faire cela ou faire comme cela est important ? ». On procède ainsi jusqu’à ce que les quelques idées les plus importantes ressortent du lot, et une fois qu’on les tient, on peut formuler la grande idée de l’entreprise.

 Un exemple concret de société avec un mantra et de société sans mantra.

Je me suis dit qu’un article comme celui là ne pouvait pas rester vague et qu’il me fallait un exemple très concret. Après réflexion je me suis dit : allons voir l’éditeur français de Guy Kawazaki (ou plutôt son site). Si une société doit avoir un mantra, ca doit être celle là.

Je suis donc allé sur le site des éditions Diateino : et là Bingo !

Cette société a bien un mantra : « des livres pour s’épanouir ».

Evidemment, je ne fais pas partie du staff de diateino, et leur mantra est peut-être légèrement différent de celui que je propose.
Il n’y est pas écrit « mon mantra est : des livres pour s’épanouir », mais leur grande idée apparaît nettement quand on parcours la rubrique « qui sommes nous » : Diateino signifie « je progresse », l’éditeur affiche sa volonté de publier des livres « positifs », « entousiastes », « qui vous portent ». le catalogue comporte donc beaucoup de livres de développement personnel, ou sur l’art d’écrire mais aussi des ouvrages de gourous du business.
 Cette maison d’édition diffuse aussi un éditeur philippin qui publie des livres d’art et de culture. La question « sommes-nous en train de le faire ? » permet de voir que cette opération reste en accord avec la grande idée de l’entreprise.  

Cette maison a une grande cohérence et ce n’est sans doute pas par hasard qu’elle est l’éditeur français de quelques « stars » comme Kawazaki ou Seth Godin.

Ne pas avoir de mantra est dangereux car l’entreprise peut se retrouver avec un mantra implicite et non choisi qui va la limiter.

Comme exemple concret d’entreprise sans mantra, je vais prendre l’exemple de la société Treca dans les années 90. Cette entreprise connue du monde du matelas tient son nom historique de sa première activité « tréfileries câbleries », qui l’avait conduite à faire des matelas (à ressorts). Avec un tel nom, il n’est pas étonnant que cette société ait abordé plus tardivement que ses concurrents la technologie du latex. Avec un mantra « des matelas pour s’épanouir », cette société n’aurait sans doute pas connu ce problème.

Pour conclure :

Un mantra vous oblige à poser de manière très claire ce que vous faites, et ce n’est pas du luxe. Une jeune start-up naviguant à vue à l’affut d’opportunités variées peut sans doute se passer de mantra dans ses premiers jours ; mais une fois qu’une direction claire apparaît, ou que la société s’agrandit, un mantra lui donnera plus de force et de cohésion.

Bibliographie :

Je recommanderais L’art de se lancer de Guy Kawazaki dont j’ai beaucoup parlé dans cet article, et Convaincre en moins de 2 minutes, de nicholas boothman qui consacre une dizaine de page à la recherche des « grandes idées ».

Vous pouvez aussi visiter le site de diateino et le site de treca qui est pas mal non plus (avec depuis 1996, la signature « le sommeil cousu main »). 

Pour s’amuser :

Les missions d’entreprises de Starbucks en version intégrale et ludique.

 

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Pratique Tagués avec : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*