La vie secrète des entrepreneurs

Avez-vous déjà lu une biographie d’entrepreneur qui a réussi ?

C’est très instructif, le grand homme vous explique ses recettes, celles qu’il a appliqué depuis le premier jour, et qui font qu’il est aujourd’hui au sommet.

Et là, regonflé à bloc vous vous dites »oui , moi aussi je peux le faire ! ».

C’est votre cas ?

Passez-donc votre chemin, car cet article est destiné à décomplexer ceux qui se sont dit « mince, ca à l’air si facile pour lui, et moi qui rame comme un galérien … »

Ninjentrepreneur a disséqué pour vous de nombreux parcours d’entrepreneurs (ils n’ont pas trop souffert car nous avons fait appel à des sciences douces), et est en mesure de démystifier totalement les processus qui conduisent l’entrepreneur à se lancer d’abord puis à persister dans l’erreur et à échouer ou à s’adapter et à survivre.

Entreprendre, ça commence comme ça : ….

Ca vient très vite, en quelques secondes c’est décidé ! C’est lumineux, l’envie est là ! Le futur entrepreneur y voit l’occasion d’être enfin son propre chef, ou de devenir riche, à moins qu’il ne saisisse une opportunité qui passait par là.

Nous avons là le top 3 des raisons données, enquête après enquête, par les entrepreneurs comme étant leur moteur pour entreprendre. (jetez un oeil sur la dernière enquête de l’adive sur le sujet ).

Lancé comme balle, l’entrepreneur en herbe ne sera plus stopable : il va consacrer des efforts considérables à confirmer que son choix est le bon.

A ce stade, la plupart d’entre nous sont affectés par un biais de confirmation sévère : nous voyons d’avantage dans nos études de marché et autres études préliminaire ce qui va confirmer l’intérêt de notre projet que ce qui va le  menacer. Les pires d’entre nous auront même réalisé un SWOT avant même d’avoir achevé la moindre étude !

Dans ces conditions, la première année du projet va être primordiale. La confrontation du projet avec la réalité est l’épreuve du  feu véritable.

Si vous venez de vous mettre à votre compte dans un métier que vous pratiquez déjà depuis 20 ans, cette épreuve peut être bénigne. Pour tous les autres, la première année est, au minimum, rock n’ roll.

Non seulement, il y a toutes ces choses qui ne marchent pas comme prévu, mais en plus vous commencez à faire des horaires de dingue : vous avez attrapé une affection grave mais bien connue, appelée « le nez dans le guidon ».

Le nez dans le guidon se soigne très bien par toute une série de méthodes, d’attitudes et d’outils, que j’aborderais dans un futur article, mais en attendant, vous avez sans doute l’impression de pousser un wagonnet de charbon au fin fond d’une mine obscure dont vous avez perdu les plans.

A ce stade, il vous est déjà possible de savoir si vous êtes dans la zone de grand danger.

Dites-vous des phrases comme : « c’est dur, je vais m’accrocher encore, ça va finir par marcher » ? Si oui, vous êtes dans la zone de grand danger !

Méfiez-vous de vous même et sachez reconnaître les pièges dans lesquels les entrepreneurs s’enferment tous seuls, comme des grands.

Le plus terrible de ces piège est le piège abscons, tel qu’il est vulgarisé par Beauvois et Joule :

Vous savez que vous êtes sans doute dans un piège abscons quand vous persistez dans une voie, et que :

–  Vous avez déjà investi beaucoup en temps et en argent

– Le but que vous vous êtes fixé est toujours aussi lointain (mais il est possible que vous vous leurriez vous même sur ce point)

– Votre plan se poursuit et vous avez l’impression que continuer à passer du temps ou à dépenser de l’argent vous rapproche du résultat attendu

– Vous n’avez pas fixé de limite à vos efforts (« j’essaierais jusqu’à épuisement total de mes ressources »)

– L’arrêt des frais dépend totalement de vous.

Pour résumer, si vous persistez dans une voie qui ne produit pas de résultat, il est urgent de vous demander ce que vous êtes en train de faire de travers. Car oui, si les efforts ne portent pas tout suite leurs fruits, cela ne veut pas dire qu’ils ne doivent pas porter du tout sur une très longue période.

Si vous avez clamé partout que votre stratégie était infaillible, il est très probable que tout changement de stratégie soit très coûteux pour vous.

Avec un peu de malchance, vous avez même entendu et médité l’histoire du chercheur d’or.

On la doit il me semble, à Napoleon Hill ( vous savez, un de ces théoriciens de la réussite) , c’est l’histoire d’un chercheur d’or qui creuse, qui fouille, sans rien trouver, pendant des années et des années … las, il finit par écouter tous ces donneurs de conseils qui lui disent de lacher l’affaire. il vend donc pour trois fois rien sa concession à un petit jeune et part à l’autre bout du pays. Evidemment, le petit jeune trouve tout de suite de l’or, car le vieux prospecteur s’était découragé à 1 mètre du filon.

Oubliez cette histoire ! elle est au palmarès des histoires les plus tartes que j’ai jamais entendue (j’ai une pensée émue pour les miliers de chercheurs d’or qui ont entendue cette histoire et ont creusé jusqu’à l’épuisement).

Quand il n’y a pas d’or, faites autre chose, je ne sais pas moi, vendez des pelles et des pioches ! (cet autre conseil, tout aussi répendu est cependant plus judicieux que l’histoire de Hill).

Il n’y a aucune honte à modifier votre stratégie de départ de manière radicale, ni de naviguer assez à vue pour reconnaître et saisir une opportunité qui passerait par là ! d’après certains auteurs, c’est même une des conditions de la réussite !

Revenons à notre grand homme qui a réussi du début de l’article.

Je veux que vous n’ayez aucune illusion à son propos. Comme vous il a tâtonné. il  a réécrit et ré-interprété son histoire, et s’est attribué le mérite de son succès, alors qu’il faut bien voir les choses comme elles sont, si c’est à coup d’histoire de chercheurs d’or qu’il a réussi, la chance seule est en cause.

Donc, quand ca ne marche pas : ESSAYEZ AUTREMENT !

 

Vous avez aimé cet article ? Je pense que vous aimerez aussi ceux là :

L’entrepreneur est un pokémon comme les autres.

La fable de l’entrepreneur, du conseiller et de l’universitaire.

 

Elements de bibliographie

Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens de Joule et Beauvois

Un ouvrage de vulgarisation incontournable pour comprendre comment nous nous mettons tous seul dans des situations inextricables.
Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens
 

Réfléchissez et devenez riche de napoleon Hill

Si vous allez lire ce livre, c’est que vous n’avez pas lu cet article ! (d’un autre côté, si vous aimez ce genre de littérature, vous risquez d’adorer)

The Origins and Evolution of New Businesses de Amar Bhide

Je n’aime pas conseiller de livres en anglais, car je sais que nous ne sommes pas tous bilingues, mais en le lisant vous serez convaincu que c’est vos capacités d’adaptation qui vont vous permettre de passer le cap des premières années.

Rework de Jason Fried et David Heinemeier Hansson

Je reparlerais de celui là plus tard, mais il est bien dans l’idée générale que le plan de départ n’est qu’un plan et qu’il faut savoir ne pas s’entêter dans des attitudes non productives.

Le cygne noir : La puissance de l’imprévisible de Nassim Nicholas Taleb

Pour ceux qui ont été titillé par la conclusion invoquant la chance

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Théories Tagués avec : , , , , ,
5 commentaires sur “La vie secrète des entrepreneurs
  1. avatar Tedidev dit :

    Très bon article, s’il ya une chose que j’ai retenue, c’est que quand rien ne fonctionne changé entièrement de stratégie

  2. avatar Jérôme dit :

    Excellent l’explication illustrée !
    Je suis sûr que ça plaît à pas mal de personnes 🙂

  3. avatar Julie dit :

    Que dire d’autre !!? Comme le fait/dit K. Lagerfeld, l’un des plus grands chefs d’entreprise du monde (avec un mental de tueur professionnel, une discipline permanente qui ne lui coûte pas d’effort et détenteur d’une énorme machine de guerre), il faut toujours anticiper le changement !! Être capable de toujours se renouveler, ça permet d’éviter de se casser la gueule… ça permet plutôt de ramasser ! Enfin, pour ceux qui ont des émotions (ce qui reste assez souhaitable), c’est aussi compliqué qu’une partie de poker !

  4. avatar Elodia dit :

    Excellent article, dans un projet surtout s’il est ambitieux et qu’il demande un investissement temps et argent important, il faut se fixer dès le départ, la ou les limites à ne pas dépasser. Moi je donne des couleurs aux limites… la rouge c’est la limite d’un bilan quand le projet ne donne pas les résultât espéré, j’observe, je regarde le fil conducteur s’il est bon où les modifications à faire etc… et la limite noire, c’est celle ou il faut tout stopper !

1 Pings/Trackback pour "La vie secrète des entrepreneurs"
  1. […] Et celui là aussi : La vie secrète des entrepreneurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*