Le troisième stratagème

Ninjentrepreneur poursuit son étude des 36 stratagèmes.

Notre mission : trouver ce qui dans ce vieux traité de stratégie chinois peut s’appliquer au  développement des entreprises au XXIeme siècle.

Vu le nom que portent ces stratagèmes, il faut parfois beaucoup d’imagination et d’interprétations pour arriver à quelque chose.

 Nous nous sommes déjà amusés avec le premier stratagème :

« Traverser la mer sans que le ciel le sache » 

 Puis avec le second stratagème :

« Encercler WEI pour sauver ZHAO »

 Le troisième stratagème promet d’être sanglant :« Assassiner avec une épée d’emprunt »Les commentaires de ce stratagème parlent de tactiques de guérilla et présentent des armées dépourvues de tout, se ravitaillant en volant les vivres et les armes de leur adversaire.

Il s’agit en fait d’utiliser les ressources d’un autre pour faire son travail (ce qui est tout de suite moins sanglant).

 Que peut signifier « utiliser les ressources d’un autre » pour une jeune tpe ?

Je vois deux grandes pistes.

Il est des fois où la jeune tpe n’est pas assez solide pour faire le job, prendre le marché ou toucher le grand compte.

L’alliance est alors la seule solution. Le cas le plus répandu est le strapontin sur un appel d’offre : la petite entreprise s’est fait apprécier pour son savoir faire ou sa réactivité par un poisson un peu plus gros qui va faire appel à elle.

La participation a un appel d’offre (marchés publics) peut prendre deux formes :

          celle d’un groupement d’entreprises qui va co-traiter le marché (art 51 du code des marchés publics)

          celle de la sous-traitance (article 112 du même code)

Chaque groupement a un mandataire qui le représente : le gros poisson en général.

La jeune entreprise peut ainsi se faire connaître et accéder à des marchés qui lui seraient fermés si elle avait compté sur ses seules forces. Mieux que ça, les sous traitants de marchés publics sont très protégés financièrement, avec une possibilité de paiement directe à partir de 600 €.

La jeune entreprise, si son dirigeant est débrouillard, peut sous certaines conditions s’appuyer sur de grands groupes.

Carrément !

Il existe tellement d’opportunités différentes et de solutions, que je vais vous laisser chercher la vôtre.

Je donnerais quand même quelques exemples :

Vous êtes sur Neuilly et dans les nouveaux médias ?

Il existe un programme vous permettant d’être hébergé temporairement dans les grandes entreprises de neuilly !

Vous avez de la recherche et développement à effectuer, ou un marché à l’étranger à explorer ? Appuyez-vous sur un grand groupe !

Un exemple qui s’adresse aux jeunes entreprises : Total développement régional .

 Allez, un petit dernier pour la route :

 Vous êtes une petite entreprise « issue de la diversité » ? Vous savez que les grands groupes ont des programmes de rse (responsabilité sociale et environnementale), vous pensez qu’il y a des marchés à prendre mais ne savez pas comment.

 Il existe une association dont la vocation est de faire accéder des entreprises comme la vôtre à ces marchés : l’ADIVE

Ce genre de stratagèmes ne fonctionnent évidemment que si votre entreprise assure vraiment !

 Bon, moi je vais me reposer parce que je sens que le prochain stratagème (Attendre en se reposant que l’ennemi s’épuise)  va me demander des efforts.

 Enjoy !

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans 36 stratagèmes, Pratique Tagués avec : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*