Les amis imaginaires de l’entrepreneur : Le démon du jeu

Hombre joven sin dinero en los bolsillos

Les entrepreneurs sont tous un peu frappés, non ?

Ninjentrepreneur a entrepris de recenser tous les amis imaginaires des entrepreneurs, avec lesquels ils entretiennent des échanges féconds ou abscons.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à un sacré loulou: « Le démon du jeu ».

En témoigne cette histoire vraie :

« Un gars accablé de dettes qui vient de toucher sa paie passe devant le pmu et là, il sent quelqu’un lui tapoter l’épaule. Il se retourne vivement et là … personne ! Alors qu’il va reprendre sa route, il entend une voix :

-Je suis ton ange gardien et je veille sur toi ; je connais tes problèmes : entre dans ce pmu et joue les chevaux que je t’indiquerai.

Un peu surpris, le gars entre dans le pmu, joue les chevaux indiqués, regarde la route … et perd !

Alors qu’il va protester, son ange gardien lui dit :

-Douterais-tu de moi ? Je suis ton ange gardien et je connais tes problèmes : prends 100 € , vas dans le casino voisin et vas les jouer dans la troisième machine à sous de la seconde rangée.

Ainsi fait notre gars qui perd 100€ dans l’affaire. Alors, désespéré d’avoir encore dégradé sa situation financière il s’assoit sur le bord tu trottoir. L’ange gardien lui dit alors :

-J’ai voulu mettre à l’épreuve ta confiance en moi. Tu as passé l’épreuve et je vais maintenant te récompenser. Prend tout l’argent qui te reste, et joue-le à la roulette sur le numéro que je t’indiquerai.

Plus tard, alors que la boule s’immobilise sur le mauvais numéro, notre gars entend quelqu’un jurer sur son épaule :

-Merde ! Encore perdu ! »

Bon ok, ce n’était pas une histoire vraie… mais certains entrepreneurs entretiennent un vrai dialogue avec cet ami là.

Comment reconnaître cet ami imaginaire ?

Le démon du jeu est là sur votre épaule :

A chaque fois que votre situation a empirée et que vous avez bon espoir de la redresser en une seule fois par un coup de chance ou une opportunité que vous cherchez à concrétiser depuis longtemps.

A chaque fois qu’un client mauvais payeur vous fait encore miroiter un règlement rapide et que vous continuez à lui vendre vos prestations.

A chaque fois que vous passez à nouveau l’éponge sur un comportement inacceptable ou non professionnel d’un employé en vous disant qu’il va finir par comprendre et évoluer.

Etc…  En bref, à chaque fois que vous dites : « je peux me refaire ».

Quelques sujets de conversation avec votre démon du jeu

Vous pouvez essayer de repérer dans vote entourage les personnes qui ont l’habitude de vous parler le plus franchement, et écouter vraiment ce qu’elles vous disent.

Vous pouvez en toute affaire définir les conditions dans lesquelles vous poursuivez et celles dans lesquels vous devez abandonner : ne risquez que ce que vous êtes prêts à perdre.

Vous pouvez lire ou relire le dip pour vous aider à savoir quand s’accrocher et quand abandonner.

Vous pouvez vous interroger sur les mécanismes à l’œuvre dans votre comportement.

Vous pouvez abandonner l’idée que l’on peut se sortir de situations bloquées sans peine et sans douleur.

Si vous êtes en train de faire perdurer votre entreprise alors qu’elle n’est plus viable depuis longtemps, vous pouvez interroger votre comptable et votre avocat sur la manière de fermer proprement votre affaire sans risquer la faute de gestion.

Pour finir :

Le démon du jeu est d’autant plus dangereux que vous êtes le seul dirigeant dans votre affaire. Il est important d’avoir de bons associés ou de bons contradicteurs qui vous empêchent de dysfonctionner tranquillement dans votre coin jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

retrouvez les autres amis imaginaires:

Peudleuc

Harry un ami qui vous veut du bien

Charles Ingals

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Add to favorites
  • email
  • Netvibes
  • RSS
  • Scoopeo
  • Wikio FR
  • Blogosphere
  • Google Buzz
  • Wikio
Retweet
Publié dans Non classé
Un commentaire sur “Les amis imaginaires de l’entrepreneur : Le démon du jeu
  1. avatar Stef dit :

    Bonjour.
    C’est tellement vrai que ça sent le vécu !
    Un croisement entre le syndrome de la pensée magique inventé par mon psy et la théorie de l’engagement de Joule et Beauvois.
    Mais même en sachant ça, qu’est-ce que c’est dur d’abandonner son bébé !
    Encore un excellent article, clair et limpide.
    Merci.

Répondre à Stef Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*